La fable du Coach – Formateur et son Prospect

par | 15 Nov 2019 | Prospection

Vous raconte t’on des fables en prospection ?

Maître Coach – formateur sur un arbre perché,

Tenait en ses mains son savoir

Maître prospect par l’odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

« Hé ! bonjour, Monsieur Coach – formateur

Que vous êtes un expert ! que vous me semblez compétent et serviable

Sans mentir, si vos compétences et votre écoute

Sont de nature à faire progresser mon entreprise ,

Vous êtes la bonne personne avec qui je pourrai travailler

A ces mots le Coach formateur ne se sent pas de joie ;

Et pour prouver sa belle expertise et être agréable à son prospect

accepte de fournir gratuitement et juste une fois un conseil, une aide à son prospect

Mais comme il est généreux, il ne se rend pas compte de la quantité et la qualité qu’il vient de donner

Le Prospect s’en saisit, et dit : « Mon bon Coach formateur

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien une prestation sans doute. « 

Le Coach formateur honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus ( enfin jusqu’à la prochaine demande !)

▶️▶️▶️ La morale de l’histoire : c’est important d’accepter d’aider et d’intervenir ponctuellement ( mon expérience professionnelle me l’a prouvé maintes et maintes fois ) et c’est vraiment une excellente façon de prospecter, rentrer en empathie avec son futur client mais à ces 3 conditions :

✅ assurez vous que le format reste un échantillon ( vous voyez la petite pochette de crème qu’on vous remet à la parfumerie juste pour tester ) pour que ce prospect ait encore besoin de vous ensuite !

✅ assurez vous de le faire auprès de votre cible ( car inutile de donner un échantillon de crème anti rides à une jeune femme de 17 ans , même si c’est tentant de se dire qu’elle la donnera et la recommandera sûrement à sa maman )

✅ assurez vous de revoir rapidement ce prospect pour conclure votre vente

Merci à Jean de la Fontaine à qui j’ai emprunté cette jolie fable et aux coachs formateurs qui m’ont fait remonter cette fable du quotidien